breizh troopers

FREE PARTY DANS LES PYRENEES Mai 2018

RIMG0865.JPG
  Le week end du 8 mai 2018 nous permet de planifier un trip de 3 jours sur notre terrain favori: les Pyrénées. Le 66 ,comme on aime à le répéter à ceux qui ne nous connaissent pas. Le 66, c’est terre d’enduro et uniquement enduro. Enduro party, raid enduro, enduro apéro, enduro à gogo. Damien Oton roule enduro, Bruno roule enduro, mes potes roulent enduro même s’ils n’ont pas le niveau, ils roulent enduro. Cette année c’est à la carte. Le menu est dressé autour d’un apéro. 3 jours de ride. En entrée: enduro party sur les pistes de Damien à Ille sur Têt. Plat de résistance: raid enduro: « la méga du train jaune. » Dessert: enduro party à Corbère: « enduro des chateaux » Voici comment ça c’est passé sur ces terres qui ne pardonnent presque rien. Et à ma façon… 
                                                                    ——————— 
On est trois, gonflé à bloc, pour user de la gomme mavic, michelin, schwable. Ca va fumer, ça va chier dans la garrigue. Ben non, Chris n’est pas parmi nous. Les riders: Jeanmich et Steph forment avec moi, le trio pour cet enduro party. La mule est chargée du matos prévu pour 3 jours. De quoi réparer tout et presque n’importe quoi. Le gasoil est au plus cher. Ca, on l’avait pas vu venir. Rien va nous faire reculer. Le sud se profile à l’horizon de 18h du soir. C’est cool, on arrive et il fait encore jour. La cabane est dans le hameau  situé à Serdinya-Joncet. Presque 500m d’altitude. La nature est d’une violence sauvage qu’on reste pas indifférent. On va souffrir. Le voisin nous accueille pour les clefs et le tour du propriétaire. Vite fait, on a soif. On s’installe et on jète des pâtes pour le festin nocturne.  Incertitude: la météo. Orageux, soleil et pluie. Dans l’ordre que vous voulez mais vous aurez les 3.  C’est généreux de leur part mais on aurait préféré que le soleil. Samedi matin: pluie. On s’en fou, ça mouille la poussière. On va faire les courses pour survivre. Le J.C.B. est au menu. J’entends des sceptiques se dire:-«  de quoi il parle? ».  Ben voilà ce que c’est  de ne pas lire mes C.R. régulièrement.
RIMG0829.JPG
 

Le J.C.B. est réservé à ceux qui mangent sur le terrain. Il tient dans le cartable, ne se compacte pas et cale l’estomac jusqu’à la bière (s) du soir. J.C.B.: Jambon Chips Bananes. 
RIMG0806.JPG
Ille sur Têt: un terrain où peu de végétation pousse et sec même après la pluie du matin. le vent se charge de sécher ce que le soleil n’assume pas. Quelle entraide! On roule les pistes connues pour se mettre en appétit. Jeanmich découvre même si il a révisé en regardant les vidéos des cessions précédentes. Beaucoup de changement dans le relief: c’est raviné grave par endroit. C’est limite praticable sur le bas dans la spéciale de la côte cassée. J’ai mis pied à terre dans le pierrier tellement le trial était d’un niveau champion du monde. Bref on est resté sur notre faim. On repart pour l’autre versant du massif, celui que l’incendie a ravagé il y a 2 ans. Notre guide fouille dans son cerveau pour retrouver la trace qui lui a donné la banane il y a 2 ans. Moi la banane je l’ai dans le sac. Cela nous vaudra un beau quadrillage du massif au soleil pour finir sur LA trace qui libère le trop plein d’adrénaline. Je vous dit pas que la banane on en avait à revendre à ce moment là! Une descente qui tabasse bien, du qui freine au dernier moment et de la marche qui te fait passer pour le champion du monde quand tu reviens sur terre en entier. Rouler à l’instinct et rester sur la piste. Putain que c’est bon quand tu ne touches pas qu’au frein. Fin de la récréation. On rentre pour l’apéro enduro.
 

Préparation du cartable pour la méga du train jaune. Un raid de 60 km environ car personne n’a su dire réellement combien ça fait. Mais de quoi rouler une trace quelques heures durant. Jour 2: Le temps est humide. Il a plu et il pleuvra encore. Rendez vous à la gare de Villefranche de Conflent pour prendre le train jaune. Un train touristique, jaune comme son nom qui vous mène à la frontière avec l’Espagne. Nous, il nous sert de remonter mécanique pour éviter de faire trop de D+. Direction Mont Louis / la Cabanasse. 1h30 de voyage, un wagon pour nous seul avec chauffage s’il vous plait. Ca caille à 9h du mat. ici. Le paysage déroule à 49 km/h max tellement ça monte. Il  a de l’âge le teuf teuf et pas vraiment la priorité de la SNCF. Nous, on sort le ravito 1. La banane quoi!
RIMG0812.JPG
 
 

La neige n’est pas loin, le froid nous rappelle que l’hiver est encore là à 2000m. Il a neigé la semaine avant notre arrivée et dans la nuit du dimanche au lundi au dessus de nos têtes.

L’heure avance, les km aussi. Suspendu entre 2 montagnes on en prend plein les yeux. Vertige interdit.

Mont Louis/ la Cabanasse, tout le monde descend. Il pleut 4 gouttes et ça caille. En mode touriste on monte à la citadelle voir la place forte départ de notre rando du jour. C’est aussi le centre
RIMG0843.JPG

d’entrainement commando  de l’armée de terre. Le soleil perce pour nous y accueillir. Ca c’est plus cool. Le circuit nous fait passer par les alpages, entre bouses et clôtures. C’est chiant, on ne roule pas ou alors c’est du dur. C’est une variante du circuit sur lequel je n’avais pas de commentaires. Maintenant on sait qu’il faut zapper ce morceau. 6 km plus loin, on retrouve le tronçon qui monte par le camp militaire, ouvert ce dimanche car pas de manoeuvres programmées.
RIMG0841.JPG
On franchit le poste de garde sans montrer le visa. La piste est belle, mais il fait zéro degré. La cote 1900m est atteinte. C’est le champ de tir à la roquette. Pas la salade, hein. La roquette qui tue. On pèle, la banane aussi. Séance photos et en avant pour la suite sur une piste plus cassante. Un groupe de furieux, style DH man, nous invite à les suivre. Nous préférons notre trace GPS. On a la journée pour user nos plaquettes.
 
RIMG0848.JPG

La piste suit la ligne de crêtes et passe dans une forêt de bois mort. C’est une autre planète qu’on traverse. On ne s’attarde pas. La trace, suivre la trace même si un single surgit au delà de la nuit. Mais hélas, la tentation est plus forte que la raison. Nous voilà dans un hors piste qui va nous promener un moment. Ne pas sortir de la trace crenondebouzeux!!!!! On remonte, on repart vers le sommet. On traverse un hameau, moyenne d’âge 98 ans. Et la trace réapparait sur l’écran GPS. Ouf! Une descente un peu avortée mais on est en bas du côté d’Olette.
RIMG0851.JPG
 
Deuxième partie, montage par la route pour le col de chezpluquoi. Le soleil est revenu et fait
même chaud. C’est là qu’on est repéré par la vigie qui préviendra le gardien qui préviendra la bergère qui nous accueillera à la barrière frontière entre la route et les alpages. les panneaux qui se dressent devant nous sont sans appel. INTERDIT A TOUT VEHICULE. Arrêté préfectorale, article 42 alinéa 29 parution du 03,02, 2018 au JO avec accord du président de région mais sans concertation des vttistes. Entente cordiale entre les bretons et la bergère mais cela ne se finira pas comme on veut. -« TU PASSERAS PAS SUR MES TERRES ». -« oui madame » On est victime du passage et de la connerie de groupe de vttistes qui ont coursé des moutons qui se sont blessés voir disparus. Résultat: niet; Elle nous indiquera quand même un chemin de mulets pour parvenir au col et basculer dans la descente vers Villefranche. Merci pour ses bons conseils. Cela nous a éviter de redescendre toute la route et reprendre un chemin de 4x4 comme plan B.
RIMG0866.JPG
 

 
A partir de là, c’est une descente propre qui serpente au dessus du fort qui domine Villefranche de Conflent. Par d’hésitation, c’est la bonne piste. Saint GPS veille sur nous. Un peu énervé, on se lâche et on laisse de la gomme dans les virages, relance et full gaz vers le fort. Hum, c’est bon quand la terre fume! Fin de journée façon « trooper » et préparation du troisième jour qui s’annonce orageux. Ce fut une bonne virée même si le hors piste nous a fait tourner la tête.

3° jour: spécialité: enduro des châteaux. manche du championnat Pyrénéen d’enduro. la météo est excellente: soleil et chaleur. tenue light  enfin presque. Le site est au dessus de Corbère non loin de Ille sur Tet. C’est jour férié pour le GPS. N’a jamais voulu me donner les traces. Quel con! M’en fou! on a trouvé le site et roulé 3 spéciales du feu de l’enfer avant que la foudre nous tombe dessus. Les spéciales sont au top avec variantes et les chèvres sont bon public. elles n’applaudissent pas encore mais vous regardent passer. L’orage nous a fait rentrer sous des trombes d’eau. Pour le coup, on a jeté l’éponge. Trombe d’eau - éponge, vous suivez! Le terrain de jeu est infini tant les spéciales partent dans tous les sens. Je pense que le terrain vaut un bon week end de ride et en plus à Corbère il y a une pizzeria qui sait recevoir. Le patron est  à votre service et même si ta pizza met 2h pour arriver, lui il te met 3 bières et 1 jambon cru pour te faire patienter. Pas belle la vie!!!!!!!
RIMG0868.JPG
 
Bon: voilà un week end bien rempli même si, perso j’aurai voulu rouler plus encore. Gollum, mon double depuis 6 ans, me relance pour d’autres raids. Je n’ai donc pas fini de vous raconter mes délires sur 2 roues. Jeanmich, lui, re-signe pour encore plus de délires mais ne veut pas dormir avec moi. Je ronfle à 243 décibels.  
A bientôt sur de nouveaux trails en 2019. Epic enduro? raid des monts d’Ardèche? la Pyr’epic? la transv ouest? On n’est pas couché.                                                                               Bruno (alias startrek)                                                                                                             03 ,09,2018


12/09/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 62 autres membres