breizh troopers


URLM 2017: ultra raid de la Meige

 

 Bretons au TIBET
 Où quand 2 bretons montent une expéditions v.t.t. et se lancent à l’assaut de cols et de pics sans oxygène et sans assistance. 
URLM 2017: ultra raid de la Meige. Un nom qui ne dit pas que rouler sur ce terrain là veut dire souffrir. Situé dans les hautes Alpes, entre Grenoble et Briançon, le raid s’étale sur 2 jours, soit au menu: 70 km et 50 km et 3000m D+ /2500m de D+.  Ici tout est ULTRA. Ultra raide, ultra froid, ultra pentu, ultra long, ultra beau, ultra sympa, ultra solitaire, ultra silencieux, ultra majestueux. Le terrain de jeu qui nous est imposé,  est situé  entre la vallée de la Maurienne et la vallée de l’Oisans. Les cols du Lautaret et du Galibier sont de la partie mais pas comme vous le pensez, style tour de France. La sauce est plus forte: double dose de pente saupoudrée de givre. C’est plus fun et plus virile. 
Voici le récit de ces 2 jours au coeur du plus beau raid des Alpes. A ma sauce.

RIMG0705.JPG

Un défit plus qu’un pari. « Terminer ce genre de raid est déjà une réussite en soit. »
Quand Startrek entraine Gollum dans l’intersidéral espace-temps du réel et de la fiction, ça donne des effets spéciaux. On est devenu des mutants. Mi-mutants, mirobots. Capable d’affronter les éléments hostiles et de survivre. 5 jours avant le départ, la pluie et la neige avaient comme point d’impact, la Meije. A la fois pic et glacier, la Meije culmine à 3982 m et le bas du glacier: 2600m.  On décide d’un nouveau camp de base: de la tente queschua tibétaine, on passe à l’igloo 5 étoiles. Vendredi 19h, breefing du chef de la colonie. Les consignes sont claires: seul les solides et lucides survivront. Au moins dans ta tête est ancré le refrain: « marche ou crève ». Marcher, on a fait.  La logistique est en place: des relais radio sont placé aux endroits stratégiques pour assurer les communications ( pas pour toi et ton smartphone à 700 boules) mais uniquement pour la sécurité. Le vaisseau spatial est sur zone: évacuation des blessés

RIMG0632.JPG

par voie aérienne. 400 riders c’est peu et beaucoup à la fois quand toutes les emmerdes se donnent rendez vous au même endroit. 
Le PC course est au village de la Grave (1500m d’altitude), ligne d’arrivée du raid pour les 2 jours. Notre QG est à Villar d’Arène (1600m d’altitude) distant de 3km, ligne de départ du samedi également. Comme ça, on prend le café sur place.  Samedi: 6h. Nuit noire, -6°. Bienvenu en enfer. Le roadbook prévoie 1000m de D+ pour 16km. Pour une entrée en matière, je vous laisse apprécier. Frontale ajustée, la danse des canaris jaune fluo commence. Décollage dans la douleur. Pas de jambes, pas de souffle. Canard boiteux! Le jour se lève quand nous atteignons le col du Lautaret. 2057m d’altitude. 6km e 1h!!!!!!!! Une piste tranquille qui nous a fait retirer 2 épaisseurs d’un seul coup! On va finir comment? Hé Hé! On lève la tête: le Galibier. Un col à prendre en gilet jaune, à défaut du maillot jaune! Certainement le pire moment de VTT de ma vie de rider. Ultra pentu, ultra gelée, on doit notre survie à nos crampons mavic sous nos mocassins de pingouins sur la banquise. A cet endroit, le bike sur le sac, la pente à 45%, le premier qui tombe fauche les autres et c’est retour à la case départ sans toucher les 20000, 200m plus bas. Un bowling en relief!

RIMG0633.JPG

Le Galibier: un col entre les départements de la Savoie et des hautes Alpes, fermé l’hiver par la neige et reliant la vallée de la Maurienne à Briançon et la vallée de l’Oisans (alpe d’Huez: mégavalanche et les 2 alpes: mountain of hell). Choisissez. Nous, on a choisi l’ultra raid.  Bilan au col, il est 9h. Les 2 mains sur le gobelet de thé bouillant: il fait -7°; le soleil n’assure pas encore le dégèle. On a parcouru 16 km en 3h. 1000m de D+ en guise de petit déjeuner. Et maintenant le plat de résistance: plan Lachat et le massif des Cerces. A vos cartes! 56km et 2000m de D+. Va falloir faire le plein du réservoir pour arriver au bout. Ce n’est pas qu’on est à la ramasse complètement, parce qu’on n’est pas dernier, mais le souffle, les jambes et le coeur de sont pas sur l’alignement des planètes. Dès que tu fais un effort, tu rentres dans la zone rouge autant dire tout le temps. L’ennemi est invisible. Mais il sévit.

RIMG0641.JPG

 

Bon le moral a pris un coup, mais on n’est pas encore sur la touche. Maintenant on inverse la pente et un peu de D- va nous remplir le réservoir confiance. Ah oui, c’est sans compter sur le gel du terrain.  Pas un va échapper à la glissage. Les premiers mètres sont pour les chamois. La suite est plus fun. Tu fais ta trace dans l’alpage gelé, le grip y est meilleur que dans la trace officielle. Les mains engourdis par le froid, 
agissent sur les leviers de frein délicatement sinon ta roue arrière t’échappe

RIMG0639.JPG

 

 

074.jpg

brutalement. La finesse du pilotage dans toute sa splendeur. On maîtrise un peu! Le soleil met le feu au paysage. Température positive. On passe les portes horaires dans les temps. Ca c’est positif. Les ascensions sont compliquées: souvent à pied, elles nous

 

RIMG0646.JPG

minent le moral. Un regard, un mot à son équipier peut tout faire basculer. A midi dans  l’alpage, on se pose comme la plupart des riders. Plein le cul! On cherche les justificatifs pour continuer. On repartira vers le massif des Cerces pas convaincu par le timing horaire tant la moyenne est petite: - de 6km/h.  Souvent au dessus de 2000m d’altitude, pas d’arbres et le silence est impressionnant. Nous sommes petit devant ce désert minéral mais tellement envoutant pas sa beauté. Les chamois et les marmottes habitent le quartier, parait il. Les marmottes: on le sait par les trous qu’elles ont creusé! Pratique si tu as un trou à faire! Penses y pour ton jardin. Chacun sa route, chacun son chemin, le monde du silence s’installe, en respect à cette nature que l’on ne veut pas déranger. C’est aussi un moyen de puiser au fonds de soi-même, le courage et la force morale de continuer. J’ai ignoré pendant un long moment, le temps n’est plus mesurable à ce stade, mon équipier, qui comptait certainement sur moi pour l’aider.  On alterne les deux sens de la pente. Les montées sont longues au regard des descentes qui nous paraissent courtes. Le soleil fait monter la température. On retrouve de la motivation, ça devient plus joueur par endroit et on dépasse des riders
encore plus à la ramasse. Objectif: passer la barre des 55 km à 16h pour rester dans le timing du road book. Au km 51, la surprise promise est devant nous: on part sous terre pour 3 km. Nous passons du mode bipède au mode taupe. Nous prenons une galerie creusée pour faire passer un collecteur d’eau sensée alimenter une turbine électrique dans la vallée. On longera ce tuyau sur 3 km à la lueur de nos frontales dans une atmosphère saturée d’humidité. Oppressant cette portion de tunnel. De l’autre côté c’est le ravito 4 au km 54. Un refuge de montagne au milieu de nul part. Une halte pour la nuit pour quelques randonneurs qui auront eu la surprise d’avoir la neige au réveil.  S’en suit la descente qui vous redonne la patate. Un single track où la précision de pilotage est obligatoire. La sanction: une chute de 300m de D- d’un seul tenant. On n’a

RIMG0664.JPG

pas essayé, chef! un pur bonheur après tant d’effort. Pour nous, on pensait avoir assuré le passage à niveau et avoir validé notre ticket pour la dernière portion jusqu’à la ligne d’arrivée. Que nenni! On a du louper une partie du breefing car elle était déplacée au km 60. Le retard de 35 minutes va nous mettre hors jeu pour le circuit officiel. Le commissaire au C.P. 60 nous indique la direction à prendre mais notre peu de cerveau refuse d’abdiquer. C’est quoi le plan B chef? Ben, tout droit mais plus de balisage. Comme ça, on ne saura pas si on s’est trompé. A ce moment là,  nous sommes à 1700m d’altitude. Il reste 10km à parcourir. Pas envi de rentrer tout de suite, on roulera encore un peu. Et dire que 5h avant, on voulait
bâcher! Devant la difficulté qui se dresse devant nous, on reporte au lendemain, la fin du raid 70km. La ligne d’arrivée à la Grave est à franchir quelque soit votre classement. C’est qu’on est comptabilisé pour des raisons de sécurité. Comme les moutons après la transhumance. On aura mis 11h30 pour 72 km. Je ne sais plus ce qu’on s’est dit à ce moment là mais la performance pur, c’est d’être en vie, entier, avec le vélo. Une victoire en somme! On a gagné, le droit de rejouer!
La soirée sera le moment ou nous déciderons de ne pas repartir pour la deuxième partie du raid, le dimanche. 50 km et 2500m de D+.  Et nous serons pas les seuls. Reste un peu de travail sur le parcours 70km et du défrichage en free dans la vallée.  Dimanche, il a neigé au dessus de 2600m. C’est froid mais majestueux. Le pain est frais, le café savoureux, le soleil envoie ses rayons pour une belle journée de ride. 

RIMG0672.JPG

Au programme: le pic de l’Aiguillon à 2100m. Sur la photo, c’est celui qui est à gauche. 500 de D+ depuis notre igloo, ici à Villar d’Arène. On entasse dans nos sacs le J.C.B.: le jambon-chips-banane. Le chouchen en bidon sur le cadre et c’est partie pour le camp de base pour le déjeuner. c’est au lac du Pontet (2020m), voir le diaporama sur youtube ou sur le blog pour comprendre, que nous savourons cet espace de montagne pour nous presque tout seul. Là, c’est le pied de pouvoir se poser sans chrono pour te foutre la pression. Le pic par la face sud. Alpage fraîchement fauché, ça roule propre

RIMG0706.JPG

et détendu. C’est fun. Séance photo au sommet. Ca caille sans le soleil mais ce qui nous attend, c’est 600 de D- d’un seul tenant. Le gâteau du dimanche est servi!  Arrivé à la Grave, on repartira rouler le circuit permanent le long de la rivière  en bordure du parc des Ecrins et dans les deux sens, histoire de souffrir encore un peu. La fin de la récréation (environ 40km), marquera le retour de la pluie vers 16h30. Mais là, on était au chaud. 
     La sagesse l’a emporté. Le plaisir de rouler fut entier. L’ultra raid est un raid qui exige beaucoup et qui ne pardonne rien. Alors, pour y revenir, il faudra être encore
plus fort et masochiste!  On en discutera un jour, peut être, hein!                                                   ——————————        BRUNO, alias startrek

RIMG0714.JPG

 


21/10/2017
5 Poster un commentaire

déval nore - cap nore

                                DEVAL NORE  /  CAP NORE 2017

 

 

 

LES BREIZH TROOPERS ET LES CATHARES

 

 Encore une nouveauté à mettre dans la musette pour 2017. Les cathares du pays de

lAude nous propose 2 jours de VTT pour donner lassaut face à un ennemi redoutable: le pic de Nore et ses pièges en tout genre. Samedi: la devalnore 380m de D+ / 1000m de D- pour 30 km de piste. Dimanche: un raid (on monte et on descend). La forteresse nest pas imprenable mais va fallo

 

 


ir sortir les bonnes munitions pour en venir
à bout. Voici, à ma façon, le récit de ce WE au pays où sest joué une bataille contre les éléments naturels.

19145854_1448669308504616_601988376677161389_n.jpg

 

                                           —————————————————

Notre appel du 18 juin fut pour la troupe, un départ en pays cathare, à Villegly en Minervois au nord de Carcassonne. Notre armée, forte de 13 combattants, chevauchant des montures vieille de la veille, embarque tôt le matin pour rejoindre le quartier général distant de 900 km. Après 12h de liaison routière et quelques embuscades, nous envahissons le gîte dun autochtone pour ripailler et festoyer autour dun abreuvoir géant où même les chevaux pouvaient entrer. La cervoise a coulé à flot dans des gosiers desséchés par un soleil brûlant. Seul, la gueuse manquait à lappel!

RIMG0319.JPG

La feuille de route pour samedi nous emmène au pied du pic de Nore: 130m daltitude, au château de Villegly. Nos renforts sur place se nomment ATAC. Avouez que le nom colle bien au programme. Ils ont planifié  une percée sur le flanc sud du pic au plus fort du pic de chaleur de la journée: 36°.  La montagne n’étant pas équipé darbalète mécanique, cest en carrosse que nous montons au sommet: 1211 m. 380 gueux dans des tenus les plus diverses possibles: de la jupette en lycra, à la carapace de spationaute. Cest juste que certains nont pas conscience de ce qui les attend. cest le cerveau qui nest plus en phase avec la réalité: cest la chaleuuuuuuuuur! On sen fout, nous avons de quoi survivre en terrain hostile. Full gazzzz dans la pente en queue de formation. On laisse les locaux bander un grand coup! Nous, on occupe le terrain en plusieurs vagues. Les maillots rouge (le fer de lance de la compagnie; les maillots vert (el presidente et sa garde rapprochée),

 

 


 les maillots orange (el sarthois et sa garde rapprochée). Chacun son tour et tous à la buvette pour la cervoise. 30 km à rouler pour rejoindre le camp de base et 4 bosses de chameaux à gravir pour basculer dans la pente du bon côté et surprendre les photographes allongés dans le massif pour mitrailler de pixels nos portraits de warrior. Lennemi est ailleurs. Lennemi: cest linconnu du terrain. Sur le haut, cest à découvert quon progresse. Une piste roulante, très roulante où le freinage est interdit sous peine de sortir de lornière et de se faire rouler dessus par la garde arrière. Alors exit les freins. qui a dit: «  on roule cool? » Pas de de résistance dans la garrigue, le combat est sans issu. Des blessés par  dizaine. Des vélos agonisants sur le dos: chaîne cassée, pneus crevés, certains ne verront pas larrivée au camp de base. Le tri par la ruse et le sang froid. Le fort lemporte. La pente est fuyante, le fou-gueux se retrouve rapidement au milieu de nul part, encerclé par une végétation hostile où le serpent guète sa proie. On se recale sur la piste entre 2 guerriers survivants pestant dans la poussière quils soulèvent dans des freinages appuyés. On enchaîne avec lascension du poste de guet qui surplombe la vallée de Carcassonne. Une ligne de crête qui donne le vertige par sa longueur et sa technicité. Une brèche dans les lignes

RIMG0289.JPG

 

 


 ennemis permet une percée jusqu’à la civilisation. La taverne à mi-pente nous restaure et nous abreuve avant de reprendre nos montures bien meurtris par un terrain cassant. On compte nos effectifs: manque à lappel une partie des troupes attardé par un combat acharné avec le terrain et les embuscades de toutes sortes. Par toutatis, le graal est à conquérir: vaincre ou mourrir! Lavancé est violante: la herse déchire le pneu reinforced de sieur gollum. Le terrain est miné de trous et de ravins, de pierres qui roulent et de marches quil faut sauter et de guerriers à pied sans la troisième couille qui permet de grandes choses. Que nenni! par tous les dieux, le frisson est intense et ladrénaline à 300°. On lâche les chevaux dans le sous bois et sa piste avalée à pleine balle nous fait pousser des ailes pour finir sur la roue arrière le long du ruisseau, dans les faubourgs de Villegly, fief dun soir pour ripailler avec le seigneur local.

Point de résistance sur ce flanc du pic de Nore. La reconnaissance sest achevé par le banquet donné en notre honneur sur la place des fêtes. Le breuvage local est avalé, la cave vidée, la pizza croquée, retour à l’étable qui nous sert de gîte. Bilan de la reco.: le pied, pointure XXXXXXL. Demain, cette partie sera au menu après le km 52! Là, je dis que ça va être pleine balle sans toucher beaucoup la planète. Qui aime, me suive! Pas tous en même temps les réponses. Ah, sieur Jeanmich dégaine le premier!

2 cervoises plus tard, un refit de nos montures réalisé avec attention, labreuvoir à cheval nous accueille dans une eau à 26°. Quel pied! Ca te relaxe, la gueuse en moins.

1497636569051_flyme.jpg

La nuit tombe, les poules sont à labri du renard, cest Sieur Yann qui me la dit!  Sieur Philippe va mieux. Sieur Seb veille sur lui la nuit mais lempêche de dormir car il va pisser à 2h du  matin le trop plein de cervoise de 23h. Sieur ZAZA continue le combat de nuit mais avec un ennemi redoutable: la mouche. La  mouche vicieuse, la mouche suceuse-piqueuse. Un zombie quon a retrouvé au levé du jour J.

                                                  ———————————————-

RIMG0323.JPG

Le raid du dimanche: 82 km ou 65 km

La prise de la place nous fait partir après le levé du jour: 6H20. Quand les chauves-souris laissent place aux corneilles. Trop tôt, trop tard! Pas assez de sommeil.La fraîcheur est un bien quil faut savourer à cette heure où les braves partent au combat. La cohorte se coupe en deux: on met en place la manoeuvre de l’étau: une approche par le flanc sud-est: 65 km, une autre par le flanc Est, fort de ses 82 km. Vous aviez froid, vous allez être chaud bouillant! 34° annoncé. Souffrir, vaincre ou mourir! La course contre le soleil est lancée. Cest parti derrière moi, jimpose une cadence de diesel en phase préchauffage. Cest joueur, roulant dans le vignoble de sieur cuvée Villegly en minervois. On enchaîne bosses et descentes rapides sans jamais dépasser les 300m  daltitude. On sarrache sur nos selles, on tire sur le guidon, on cherche lombre sous le couvert des arbres. A ce jeu, le rythme ne convient pas à tous. Le groupe s’étire, se casse. Le soleil dépasse la ligne de crête. Ca chauffe comme un grille pain volume 10. Maintenant on enclenche le mode survie. Il faut sauver sa peau ou dessécher et servir de pitance aux vautours. 15 km, 2 litres deau avalé! Le ravito 1 est le bienvenu pour calmer langoisse du deuxième choix. Hein Zaza! Tas eu chaud, maintenant tu vas avoir chaud bouillant. Je goute la saucisse chaude à 7H33 du mat. Tout juste à point sur le barbeuc. un délice. Savent recevoir les locaux ATAC!

 

 

 

 On ripaille, on cause du pays, on lève la tête pour voir le reste du D+. 911m en route directe. 17OOm en ligne indirecte, 2100 au total. Lenfer vous ouvre ses portes: Satan est votre guide. « Oh Satan, prend pitié de ma longue misère! » La chaleur dépassant les 25°, les cigales se mettent à chanter ( pour ceux qui aiment). Je vois déjà la tête de certains qui ont souffert de ce chant mélodieux. La chaleur vous pompe l’énergie sans que vous vous en rendiez compte. Lair chaud accélère le rythme cardiaque. La chaleur crée des hallucinations: sieur Seb verra des lamas marcher à côté de lui! Zaza agonisera dans un fossé, inconscient, secouru par lescouade suivante. Bouche ouverte, les mouches prêtent au festin! La suite de la prise de la colline sera dans la continuité: alternance de singles, sous bois apportant de la fraîcheur. Le ravito 3 est à 7km du sommet. Pas de saucisses! Il est 12H33. On est 3 échappés dans la garde avancé. Où est la troupe? Les unités amis sont vautrés à lombre dune sapinière. les autres cherchent la source de vie: LEAU. -« Mieux vaut régner en enfer que servir sur terre! » Cest le délire qui te guète. Tes propos sont incohérent. Veut plus continuer. Veut rentrer par la route. 100% bitume!  Des mots sont vomis: -« jai le cul en feu ». « Mon chamois est trempé! ». Linsolation fait des ravages, la chaleur ramollie le cerveau qui boue sous le casque. Marche ou crève. zont marché! On repart non sans avoir vu 2 visages hagards arriver quand on partait. ils souffrent mais ne lâchent pas. La piste nous plonge dans la sapinière. 2 km de bonheur intense concentré à slalomer entre les arbres. Le top du rider tant c’était joueur. Le traceur du truc mérite la mention: excellence. Des gamins dans un tas de sable! D- = D+. Faut remonter. Maintenant cest le sommet en visuel. Les troupes amis occupent le sommet. On fonce à découvert, rafraichi par le vent! Un ventilateur force 10. Cest bon pour le moral, enfin presque. On soctroie une pause au sommet: Jen profite pour une sieste de 8.

 

 


 

                                FATIGUE MAIS PAS VAINCU !

 

          pic de Nore :  1211 m daltitude

 

 

 RIMG0336.jpg

 

                                                  Sieur Gollum

 

                                                                 RIMG0333.jpg
le  Sage

 

 

 

 

 

 

                                                        RIMG0339.jpg
    
le penseur

Lassaut final. Le terrain est à reprendre à lennemi. Tout donner pour ne pas avoir de regret. On enfile les jokers: coudière, genouillères. Un dernier regard derrière nous. La garde arrière arrive. Le moral revient. On ouvre en grand les suspensions les yeux aussi mais la poussières te fait vite regretter ton audace. Tant pis, avec un oeil on doit pouvoir rouler ou presque. Full gaz! On connait la piste. Mon gollum a pris une flèche dans le cul. Peut plus se poser sur la selle. Tout debout sur les étriers pour reprendre du terrain à lennemi. Cest le grand frisson, overdose dadrénaline, la poussière camoufle les pièges du terrain. Plus dune fois on a fait les bas côté de la piste. On sort trop large  par endroit  mais le grip est tellement fort que tu reviens pleine balle sur la trace. A ce jeu, celui qui freine est un lâche, celui qui freine  pas est un con! Mais moi javais quun frein dispo. Donc un demi con! Vla 2 guerriers de chez nous qui pavoisent à lombre de nul part et qui nous barrent la piste. On vous attendait, quils disent. Ben nous voilà pardi! Dernier ravito dans la pente. Le chameau il a soif, de la bière non de Dieu! Faut attendre encore un peu. Lennemi est partout, la fournaise thermostat 12. Jai soif. Tavernier une cruche! Rafraîchissement au jet deau. Que cest bon. Et paf: le scoop à la gollum surprend par sa violence: « jarrête là. Trop mal au cul! 100% bitume » je rentre par la route. « Hé PéPé, tas fait dans ta couche? »

Bon sur ce coup là, jai pas de solution pour le sauver de son cauchemar. Ils restent avec sieur Fanch et sieur Yo. Me voilà avec sieur Jeanmich en couverture, pour reprendre les faubourgs de Villegly aux Cathares. On fonçe sinon la bière va être chaude. On roule prudent hein Jeanmich! Ben non, on na pas été raisonnable. Tout sur la tranche. ( comprendre les crampons sur le côté extérieur). Après avoir éliminer 3 tortues qui roulaient version balade aux champignons, on a roulé 28X10 et franchit le pont-levis en vainqueur. Chaud devant, desséché du gosier mais quel pied ce terrain de guerrier. Pas compliqué mais exigeant physiquement.

La victoire est belle pour la troupe. Toute la garnison est au rapport. Des blessés mais pas de mort. Nous ramenons le trophée du détachement le plus nombreux sur place et vivant!

PAR TOUTATIS, le menhir est solide! Le chouchen limpide. On est INVINCIBLE.

RIMG0306.JPG

 

 Les cathares ont déposé les armes. Ont levé les chopes de bières haut les mains et remis le trophée à nous, en présence du seigneur local. Le trésor est entre nos mains. Du nectar local en bouteille. Encore à boire direz vous? Et oui. Car celui qui ne boit pas, parle pour ne rien dire! Celui qui boit, dit tout et même plus!!

Allez faire un tour dans cette région. Cest beau, cest chaud et savent recevoir. La version 2018 risque d’être un grand cru! Les cathares ont la peau dur. Allons les chercher sur leur terrain, montrons que les bretons sont solide et dur au mal.

          YER MAD!

                                                                  Sieur BRUNO (rider reporter)

20170617_185625.jpeg

 

 


06/07/2017
5 Poster un commentaire

vallnord octobre 2016


06/12/2016
0 Poster un commentaire

Vallnord en Andorre 9 au 11 octobre 2016

pas évident de faire un compte rendu 2 mois après.... bon après la Forestière dans le Jura en 2012, la Gamelle Trophy en 2013 et 2014, Millau en 2015 la sortie de fin de saison s'est faite en Andorre à Vallnord , c'est la première fois qu'on se faisait un free  trip en station, et pourquoi là, bah c'est la station des Pyrénées, site connu pour acceuillir la world cup , une mégavalanche... les terres de Max Commencal et aussi le spot de Cédric Gracia...et aussi sur les conseils des Penn Sardines, et de Julien et Oliv qui nous accompagnent et nous serviront de guide pendant le séjour.

IMG_1744.JPG

On descend le samedi 8 octobre à 2 fourgons, on est 8, Korrigan, Gollum, Adrien et Anaëlle, Gildas, Chris, et donc Ju et Oliv, on s'arrête au Pas de la Caz pour les courses et boissons énergisantes, puis direction Pal ou Oliv nous a réservé le  chalet qu'il avait occupé avec son séjour avec les Bleus, un big chalet sur 4 niveaux dont un au sous sol pour les bikes, nickel .

IMG_1750.JPG

 

Petite parenthèse la station andorrane ferme bien plus tard que les françaises qui elles  ferment en générale fin aout....

 

dimanche 9 oct : 1er jour  il fait frais mais super beau , on découvre le spot, on est prudent , c'est la découverte et pour certains d'entre nous c'est la 1ère fois en station, on commence par une petite verte et ensuite direction le pic del cubil à 2358m pour se faire la rouge la Maxi avalanche et puis la bleue Skipy qui nous ramène à la Caubella ou s'arrêtera régulièrement pour se désaltérer, bon bref je ne vais pas toutes les faires..

pour faire court, il a fait beau pendant 3 jours, certes il faisait un peu frais le matin mais avec les carapaces on ne sentait pas le froid, et puis pour rouler c'était juste parfait,

les pistes étaient, dixit Julien et Oliv plus défoncées qu'en juin mais franchement c'était top,

IMG_20161011_222301711.jpg

 

on aura profité de tout et abusé de rien (hum)....des pistes, du soleil, des soirées au chalet au coin du feu, tout n'est pas racontable, à la fin tout le monde était unanime pour remettre le couvert le plus tôt possible...

il y a encore des mots qui résonnent dans ma tête; san miguel,   la commençal,    rhum,   Adrien :présent,    putain c'est bon,    la cubil....

 

 

 

les vidéos

 

 

 


06/12/2016
0 Poster un commentaire

2016

si si on fait toujours les randos du 29 mais voilà je ne prends pas le temps de faire des comptes rendus...

j'essaierai en 2017....


30/09/2016
0 Poster un commentaire